Strabisme

Le strabisme est un défaut de parallélisme des axes visuels.

On nomme les strabismes en fonction du sens de la déviation des axes visuels : convergentsdivergents ou verticaux.

Le strabisme de l’enfant (enfant qui «louche») est très majoritairement un strabisme convergent apparaissant de la naissance à l’âge de 5 ou 6 ans.

Les strabismes divergents sont souvent d’apparition plus tardive (entre 6 et 10 ans).

Le strabisme perturbe la vision et son développement.

Dans la vision normale les yeux sont droits quand ils fixent un même point et ainsi le cerveau pourra transformer les 2 images en une seule tridimensionnelle.

Dans un strabisme il y a déviation d’un œil (soit en dedans : strabisme convergent, soit en dehors : strabisme divergent), 2 images différentes sont donc transmises au cerveau le patient voit double ou neutralise (supprime l’image perçue par l’œil dévié).

Chez le jeune enfant du fait de cette neutralisation précoce, le cerveau supprime la 2ème image ce qui entraîne une perte de la vision de cet œil dévié et donc une amblyopie (l’œil devient paresseux), qu’il est important de dépister précocement afin d’entamer un éventuel traitement de rééducation.

 

Le strabisme convergent accommodatif : touche particulièrement les enfants hypermétropes âgés de 2 ans et plus.

Un enfant a une capacité d’accommodation importante qui peut l’entraîner à « loucher ». Dans ce cas les lunettes peuvent réduire cet effort d’accommodation et permettent ainsi le redressement des yeux.

 

Le strabisme divergent est plus tardif :

Il survient quand la personne est fatiguée, l’entourage remarque un œil qui dévie à l’extérieur, qui peut parfois entraîner une vision double.

 

Les traitements :

  • Avant tout chose faire un examen sous Skiacol (surtout pour les enfants) afin de déterminer le besoin ou non de verres correcteurs.
  • Ensuite un Bilan Orthoptique pratiqué par une orthoptiste permettra de qualifier et de quantifier cette déviation et ses répercussions sur la vision.
  • On pourra ensuite entreprendre la prévention ou le cas échéant la rééducation de l’amblyopie qui consistera à cacher l’œil sain afin de faire travailler l’œil dit « paresseux », quelquefois des secteurs (bandes opaques en périphérie des verres de lunettes) sont indiqués.
  • La rééducation orthoptique pourra permettre la compensation de certains strabismes (strabisme intermittents).
  • La pose de prismes permettant de supprimer la vision double dans certains cas.
  • Opération chirurgicale.